Avril

Jérémie Lefebvre

Paris, aujourd’hui. Une milice renverse le gouvernement. Elle s’attaque aux patrons et aux grandes figures de la culture et des médias. Tout est redistribué : les bourgeois sont relogés dans les appartements des habitants des cités, tandis que les plus défavorisés investissent les quartiers huppés. Les voix des oppresseurs et des opprimés s’élèvent tour à tour, prises dans ce...

Édition papier

Date de parution : 01/04/2016

Prix : 13,00 €

Format : 18 x 14 cm, 136p.

ISBN : 978-2-283-02946-6

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 01/04/2016

Prix : 8,99 €

ISBN : 978-2-283-02978-7

    « Jérémie Lefebvre imagine la deuxième Révolution française. »

    Marie Céhère, Causeur.fr

    « Oscillant entre les informations factuelles et la parole subjective des protagonistes, cette politique fiction décrypte, entre drôlerie et effroi, les liens ténus entre totalitarisme et égalitarisme forcené. »

    Baptiste Liger, Technikart

    « Une fable politique saisissante et souvent drôle. »

    Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres

Paris, aujourd’hui. Une milice renverse le gouvernement. Elle s’attaque aux patrons et aux grandes figures de la culture et des médias. Tout est redistribué : les bourgeois sont relogés dans les appartements des habitants des cités, tandis que les plus défavorisés investissent les quartiers huppés. Les voix des oppresseurs et des opprimés s’élèvent tour à tour, prises dans ce tourbillon insurrectionnel qui renverse les hiérarchies sociales, inverse les rôles et les vies.

Une fiction révolutionnaire qui balade le lecteur entre rêve, rire et terreur.

Jérémie Lefebvre est né en 1972.

« J’étais dans le bureau de Marlène avec Zoé, on s’engueulait à cause des contrats du défilé Isabel Marant, tout à coup on a entendu du bruit [...], la porte a explosé. […] Celui qui était sans arme a dit : « Vous nous suivez. » Comme on restait sans réaction, il a incliné la tête et souri d’une manière super flippante, et il a ajouté : "Eh ouais, c’est fini la fête !" »