De fringues, de musique et de mecs -
  • Mémoires, autobiographie
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 01/06/2017
  • 496 p., 15,99 EUR €
  • ISBN 978-2-283-03094-3
De fringues, de musique et de mecs
Viviane Albertine
Traduit par Anatole Muchnik
Langue d'origine : Anglais (Royaume-Uni)

Itinéraire d’une enfant du rock, le texte de Viv Albertine, guitariste du groupe de punk féminin The Slits, est une évocation candide et franche d’un mouvement musical et social qui allait changer l’histoire de la musique.

 

De fringues, de musique et de mecs regorge d’anecdotes sur les Clash, les Sex Pistols, Vivienne Westwood, Johnny Thunders et tant d’autres. Mais ce serait minimiser ce livre féroce et attachant que de le limiter à un énième document rock, car le propos va bien plus loin. En retraçant sans tabou ni biais son parcours de gamine de la classe moyenne anglaise des années 1970 fascinée par la scène musicale et bien décidée à y faire entrer les filles, puis de jeune femme embarquée dans un mouvement aux excès et au nihilisme affichés, et enfin de femme confrontée au grand vide post-punk qui tente de survivre aux excès, à la maladie, et à l’ennui d’une vie rangée, Viv Albertine livre un texte brûlant d’honnêteté et d’engagement.

 

Choquant parfois, brutalement émouvant par moments et toujours drôle, ce livre est une ode aux femmes, un texte féministe qui regarde en face ce qu’il en a coûté – et ce qu’il en coûte encore – d’être une femme, d’être irrévérencieuse, et d’être têtue au point de croire à son destin.

 

Les livres numériques des éditions Buchet/Chastel sont disponibles aux formats epub et mobi et sont pourvus d’un dispositif de protection par filigrane. Ils sont lisibles sur l’ensemble des ordinateurs et appareils mobiles (liseuse, tablette et smartphone).

ils en parlent…
  • « Dès les premières lignes, le récit de l’ancienne guitariste et parolière des Slits (les « fentes ») claque avec une rugosité électrique. […] un livre mordant et attachant […] un style enlevé, concis, parfois candide, souvent drôle […] Une honnêteté souvent bouleversante. »

    Stéphane Davet. Le Monde.

     

    « De fringues, de musique et de mecs n’est pas un livre sur le punk, c’est un livre punk sincère, drôle, avide. En courts chapitres bourrés d’anecdotes, Viv Albertine fait vibrer l’époque. »

    Marguerite Baux. Grazia.

     

    « Un ouvrage qui mérite de figurer aux côtés de Just Kids de Patti Smith, Girl In A Band de Kim Gordon ou Hunger Makes Me A Modern Girl de Carrie Brownstein. »

    Isabelle Chelley. Rock&Folk.

     

    « Une lecture particulièrement rafraîchissante et cool. […] Sans amertume, sans vacheries ni regrets, ce tableau très fidèle d’un temps de bouleversements rend justice à ces petits Anglais fauchés qui ont révolutionné la musique et les mœurs et ressuscite parfaitement une bande et une époque— la dernière ? — candide et finalement très innocente. »

    Agnès Léglise. Rock&Folk.

     

    « C’est un témoignage comme on en a rarement lu, peut-être même jamais. Viv Albertine raconte avec autant de talent que de franchise sa lutte acharnée et souvent désespérée pour exister en tant que musicienne. »

    Michka Assayas. France Inter, Very Good Trip.

     

    « Entre aventure individuelle et épopée collective, I’autobiographie de Viv Albertine est une réussite complète et inattendue. »

    Jean-Luc Manet. Les Inrockuptibles.

     

    « La musicienne anglaise Viv Albertine signe ici l’équivalent punk du Just Kids de Patty Smith. […] la traduction d’Anatole Muchnik est limpide, comme si Sid Vicious était dans la pièce, qu’il sentait mauvais et que Viv Albertine nous prenait dans ses bras... »

    Loïc Prigent. Les Échos week-end.

     

    « Un bel autoportrait de femme dans le Londres punk des années 70 vu de l’intérieur, entre Clash et Sex Pistols. »

    Thierry Coljon. Le Soir.

     

    « Plus que le récit d’une épopée punk, Viv Albertine délivre le passionnant témoignage d’une femme anglaise toujours en lutte. »

    Jean-Noël Levavasseur. Ouest France.

     

    « Drôle, crue, sincère et obstinée : l’antithèse de mémoires dans le formol. »

    Marguerite Baux. L’Officiel de la Couture et de la Mode de Paris.

Podcast France Inter - Very Good Trip par Michka Assayas - 19/06/2017
Podcast France Inter - La chronique de Juliette Arnaud - 15/09/2017
À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur